Trucs et astuces très simples pour une réduction de plastique

Le plastique est omniprésent... il est même dans des endroits ou les gens n'en sont pas conscients.  C'est le cas des vêtements à base de polyester par exemple. C'est aussi le cas du fond des océans... On en parle beaucoup dans les médias à l'heure actuelle, l'urgence d'agir se fait sentir.  Et comme la population tarde à agir, le gouvernement s'apprête à créer des nouvelles lois.  C'est un concept un peu nébuleux pour nous. Le simple gros bon sens devrait être appliqué mais il semble aussi que ce ne soit pas suffisant. 

Il y a une multitude d'actions qui peuvent être très simplement possibles de faire. De simples transformations de nos habitudes peuvent faire une grosse différence... Ne l'oublions pas, c'est nous en tant que consommateur qui avons le plus de pouvoir dans tout ça

Nous vous présentons quelques pistes.  Certaines que vous connaissez peut-être déjà, d'autres qui vont un peu plus loin. Comme le plastique est omnipresent, cette liste n'est pas exhaustive du tout mais se veut un bon départ vers quelque chose de mieux... 

1. Apportez vos sacs

500 milliards de sacs de plastique sont utilisés dans le monde chaque année. Il s'agit d'une vrai catastrophe pour l'environnement ! On en entend souvent parler, les sacs remis aux caisses lors des achats à l'épicerie sont de moins ne moins utilisés. Ce n'est pas encore tout à fait le cas pour les sacs de fruits et légumes qui sont utilisés pour quelques minutes seulement ni tout à fait le cas pour les achats effectués dans les centres d'achat.  Avoir des sacs réutilisables en tout temps est simple et réduit considérablement l'utilisation de plastique. 

2. Abandon de la paille de plastique

Les Américain (États-Unis) utilisent quotidiennement près de 500 millions de pailles.  Sur 8 millions de tonnes de plastique qui se retrouvent annuellement dans les océans du monde on se doute que la  paille en plastique n'est pas la plus présente. Malgré que les pailles ne représentent qu'une minuscule fraction du plastique polluant les océans, leur taille en fait un des pollueurs les plus nocifs. En effet, non seulement elles sont nombreuses mais les animaux marins et les poissons les consomment et pour cette raison, de nombreux militants souhaitent réduire leur utilisation.

 

 

3. Abandon des bouteilles de plastique

Trop facile de trainer sa bouteille réutilisable et de l'eau potable, il y en a presque partout au Québec et au Canada!  Il est estimé que 480 milliards de bouteilles en plastique sont vendues annuellement dans le monde, soit plus de 15.000 par seconde. Bien que la croissance massive de ces chiffres viennent des consommateurs asiatiques, nous avons certainement un rôle à jouer. 

La plupart des bouteilles en plastique utilisées sont fabriquées à partir d'une grande quantité de produit pétrolier connu sous le nom de polyéthylène téréphtalate (PET).  En ajoutant le pétrole utilisé pour le transport des bouteilles, si vous remplissez une bouteille en plastique avec un liquide de façon à ce qu'il soit plein au quart, c'est à peu près la quantité de pétrole nécessaire pour fabriquer la bouteille. Pour un article à usage individuel et unique, c'est ÉNORME.   

4. Finito le polyester

Dû à son faible coût de fabrication, le polyester est une des fibres synthétiques les plus utilisées au monde. Elles présentent toutefois un risque environnemental certain. D'abord c'est une fibre fabriquée à partir de pétrole, ensuite les teintures utilisées nécessitent un véhiculeurs toxiques et finalement, lors du lavage de cette fibre synthétique, de microparticules plastiques sont rejetées sans être captées par nos systèmes de traitement des eaux et se retrouvent dans nos si précieux cours d'eau. 

Le polyester a l'avantage d'être recyclé à l'infini.  De ce fait, il existe des alternatives de polyester recyclé ou se que l'on appelle des eco polyesters.  Ces fabrications sont louables mais n'empêchent aucunement les microparticules de se propager dans notre environnement et il en demeure que le vêtement (plastique), prendra des siècles à se décomposer dans nos sites d’enfouissement. 

5.  Dénoncer et refuser le suremballage

Le suremballage est une calamité de notre siècle.  Il est envahissant et tellement inutile. L'alternative des produits en vrac est rendue tout à fait accessible dans la plupart des régions.  Nous pouvons aussi apporter nos contenants à notre boucher ou poissonnier du coin afin d'éviter les barquettes.  On peut aussi favoriser l'agriculture locale en allant directement chez le producteur et en apportant nos contenants. Et si on ne trouve pas ce que nous cherchons autrement qu'avec du suremballage, il faut le dire à notre épicier et pourquoi ne pas tout simplement déballer nos achats directement dans le magasin et les laisser sur place avant de passer à la caisse?

Vous voyez comment de simples gestes peuvent avoir un impact positif sur l'environnement?  L'heure est à l'action!  Et tous ces gestes démontrent clairement qu'être plus écologique peut être plus économique!  Vous vous sentez comme une goûte d'eau dans l'océan?  C'est l'union qui fait la force, faites partis du mouvement...

 

 

 

Écologiquement vôtre

www.eco-loco.ca  

 

 

 

 

 

 

 

Photo de couverture

 

 


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés