L'impact écologique du coton traditionnel

C'est connu, nos vêtements sont majoritairement constitués de coton. Nous n'avons qu'à ouvrir à peu près n'importe laquelle des garde-robes pour le constater.  Des sous-vêtements, aux t-shirts, en passant par les jeans et les robes, le coton est omniprésent, partout. À cela s'ajoute toute la literie de la maison: draps, serviettes, linges de table... Il est estimé que 20 millions tonnes de coton sont cultivées par année dans 90 pays.  La quantité de coton utilisée est immense et n'est pas sans impact sur notre environnement, bien au contraire!  

Consommation d'eau

La cotonnier est l'une des plantes les plus gourmandes en eau. L'organisation  WWF estime qu'un seul kilo de coton nécessite jusqu'à 20 000 litres d'eau pour être cultivé et tranformé! Pour vous donner une meilleure idée de ce que cela représente, un canadien, déjà très gourmand dans sa consommation d'eau, utilise en moyenne 274 litres d'eau par jour. La consommation d'eau pour un kilo de coton représente l'équivalent de 2.5 mois (72 jours) de la consommation quotidienne moyenne d'eau d'un citoyen canadien.

Pour un simple t-shirt, il est utilisé approximativement 500 g de coton, soit 10 000 litres d'eau représentant 36 jours de votre consommation d'eau! Quand nous savons en plus que le nombre moyen d'utilisation d'un t-shirt est de 20 fois, c'est littéralement alarmant! 

Vous vous dites peut-être que cela ne vous concerne pas car nous avons beaucoup d'eau ici! Même si l'impact peut être différencié d'une région à l'autre il est primordial de considérer cet aspect. Par exemple, cette consommation d'eau en lien avec la culture du coton a ruiné toute une région de la planète.  C'est effectivement le cas de l'assèchement de la mer Aral  qui est littéralement un désastre écologique et humain. 

 

Utilisation massive de pesticides

Les États-Unis sont le plus important exportateur de coton au monde. Dans ce pays, la culture du coton représente près du quart de l'utilisation des pesticides nationaux. Autrement,  75% du coton mondial est cultivé dans des pays en voie de développement qui ont encore moins de règles et de lois concernant la santé des travailleurs et la protection de l'environnement.  

La quantité de pesticides utilisés pour le coton varie considérablement d'un pays à l'autre en fonction des ''besoins'' du milieu. Il est toutefois considéré qu'en moyenne, sur un hectare de coton, 1 kilo de pesticides est appliqué.

L'utilisation massive des pesticides et des fertilisants contaminent les rivières, les lacs et les nappes d'eau souterraines. Ceci à un impact à court et à long terme à la fois sur la biodiversité et la santé humaine. 

Les risques sociaux peuvent aussi être importants. La culture du cotton traditionnel occasionne particulièrement des risques pour les petits fermiers des pays en voie de développement. Plusieurs d'entre eux deviennent malades et vont jusqu'à mourir car ils n'ont ni les connaissances ni l'équipement nécessaires pour les manipuler. 

Alors que près de la moitié des textiles utilisés sur la planète sont en coton, il est évident qu'il s'agit du textile le plus polluant.  Outres la consommation massive d'eau et de pesticides, c'est une culture qui occupe une grande partie du territoire qui pourrait, entre autres, servir à la culture maraîchère.  La grande conversion des habitats pourrait au moins servir à nourrir... Il existe aujourd'hui une multitude d'alternatives beaucoup plus écologiques à ce textile.  Le coton biologique en est certainement en enlevant l'utilisation des substances chimiques. Toutefois, même biologique, la consommation d'eau n'est pas vraiment réduite.  Des textiles recyclés et des textiles comme la rayonne de bambou, le Lyocell, à base de lin ou de chanvre sont encore aujourd'hui pour nous les tissus à favoriser. Heureusement, ils sont de plus en plus disponibles sur le marché.  Le choix est entre vos mains!

Écologiquement vôtre, 

www.eco-loco.ca  

Lectures complémentaires: 

L'impact environnemental de l'industrie textile

Cleaner, greener cotton

Photo:  National Geographic


Article précédent Article suivant


  • Eco Loco le

    Bonjour, merci pour votre message! C’est un très bon questionnement. Selon les études, les textiles à base de pétrole sont aussi très polluants! Mais à cause de l’occupation du territoire, des pesticides et de la quantité d’eau, le coton traditionnel est considéré comme l’étant un peu plus. Il y a aussi que le polyester, par exemple, est une fibre que l’ont peu réutiliser à l’infini ce qui n’est pas le cas du coton qui a une durée de vie limitée. Dans un cas comme dans l’autre, les deux sont à éviter à notre avis!

  • Magalife le

    Vous dites que le coton (non biologique) est le textile le plus polluant, mais le synthétique, produit à base de pétrole n’est-il pas plus nocif ?


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés