Faire du neuf avec du vieux: suprarecyclage (upcycling)!

Vous avez déjà entendu la citation ''Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme''? Ou l'expression ''On ne fait pas du neuf avec du vieux''? En fait, le suprarecyclage  rencontre la première citation et dément la seconde. C'est un terme relativement nouveau qui a émergé au milieu des années 90 et qui porte souvent d'autres appellations communes tels que upcyclage, upcycling, trancyclage et recyclage.  En 2011, l'office de la langue québécois de la langue française statuait sur ''suprarecyclage'' comme terminologie reconnue. 

Le suprarecyclage, c'est l'action de récupérer des matériaux ou des produits dont leur usage premier n'est plus souhaité ou possible et de les transformer en quelque chose de nouveau et d'utilité supérieure. On recycle donc ''par le haut''.

On remarque un aspect indéniable du suprarecyclage au niveau écologique.  Au lieu de jeter un objet qui n'a pas nécessairement atteint sa fin de vie, on le revalorise en lui permettant d'être transformé et d'être utilisé à nouveau tout en étant de qualité supérieure au matériau d'origine. 

La plupart des projets DIY (bricolages) sont inspirés du suprarecyclage et sont très tendances. Pinterest est une source d'inspiration infinie de ce type de projets. Cela peut aussi toucher l'art, les matériaux de construction, le rembourrage... Cette tendance se perçoit aussi au niveau vestimentaire soit au niveau des artisans créateurs mais aussi au niveau d'entreprises de plus grande envergure. 

Le suprarecyclage et les textiles

Au niveau vestimentaire, il peut se traduire principalement de 3 façons bien distinctes.  La première consiste à utiliser des retailles aussi appelées des chutes de tissus qui iraient fort probablement directement aux vidanges. Elles sont utilisées par exemple pour confectionner de nouveaux vêtements ou pour confectionner d'autres outils utilitaires tels que des lavettes, des guenilles, des sacs de collations réutilisables...  

La deuxième manière de faire du upcycling sera de prendre des vêtements d'un même textile et de le soumettre à un processus de défibrage. Le défibrage consiste donc à extraire la fibre d'un tissu qui se retrouve par exemple dans un vêtement pour en concevoir un nouveau textile. Les vêtements de matières premières similaires sont déchiquetés, les fibres sont ensuite refilées et de nouveaux textiles, tous neufs sont créés.

Cette deuxième manière de faire du suprarecyclage est similaire pour le processus de création du polyester recyclé. Il s'agit toutefois ici de prendre des bouteilles de plastique qui se retrouvent dans les centres de recyclage et de les transformer en polyester recyclé par un processus d'extrusion et de filage.  

La troisième technique consiste plutôt à prendre des vêtements, à récupérer les parties encore bonnes et à confectionner de nouveaux vêtements à partir des morceaux récupérés. Par exemple, un éco-designer ou un artisan recycleur pourrait prendre des morceaux de plusieurs vêtements qui sont encore en très bonne condition pour en créer un nouveau vêtement totalement différent.  Il pourra ajouter des pièces de tissus neufs afin de compléter le tout. Les vêtements créés ainsi deviennent des pièces uniques. 

Comment se traduit le suprarecyclage textile au Québec

Selon Recyc-Québec, un québécois se procure en moyenne 27 kg de textile par année et en jette 24 kg... Il ne manque donc pas de possibilité de faire du suprarecyclage de vêtements ici! 

Certaines infrastructures ont été mises en place afin d'éviter que les vêtements se retrouvent directement dans les vidanges. Des entreprises comme Ekotex ou l'organisme de bienfaisance Certex en sont des exemples.  Les deux sont des centres de tri de vêtements où le réemploi des matières premières est visé et dans lesquels il est entre autres possible pour un éco-designer de s'approvisionner en textiles.

Des entreprises de défibrages sont aussi accessibles dans la province.  Toutefois, elles se concentrent surtout sur des produits de rembourrage et d'isolation et très peu sur la création de textiles à usage vestimentaire. Des groupes de recherche tentent de maximiser le processus de défibrage et de reconstituer des textiles de grande qualité afin de le rendre économiquement plus viable et de s'assurer de la qualité des textiles qui en ressortent. Au pays, on y retrouve une multitude d'éco-designers qui pratiquent le suprarecyclage en utilisant une ou plusieurs techniques nommées ci-haut. 

Les marques de vêtements de cette provenance qui sont disponibles chez Eco Loco sont: Musky eco-designer, My 2e ChanceMyco Anna et certains modèles de Message Factory

Malgré toutes les belles initiatives disponibles pour nous en tant que consommateurs, malgré que nous sachions que les fibres textiles sont à la fois recyclables et réutilisables et que nous ayons en place déjà certaines installations pour le faire, il est estimé que 85 % de tout le tissu consommé se retrouve à la poubelle. Ceci nous ramène au concept écologique de base qui doit être priorisé par rapport aux autres: LA RÉDUCTION de notre consommation. 

Écologiquement vôtre, 

 

www.eco-loco.ca  

 

Lectures complémentaires:

Upcycling. What is it, how do you do it, and how it benefits our world.

Photo:  Pinterest , Cognitive seo


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés