Les textiles

Les textiles écoresponsables

Coton biologique et recyclé
La culture traditionnelle du coton est l'une des plus polluante au monde. La culture du coton biologique réduit cet impact en se faisant sans produit chimique. Bien que cette culture nécessite une bonne quantité d'eau et participe à l'appauvrissement des sols elle demeure une bonne alternative au coton traditionnel. Le coton nécessite aussi très peu de transformation pour en fabriquer un textile de qualité. Bien qu'il ne pousse pas au Canada, sa provenance peut être des États-Unis. Grâce à sa composition végétale, sa fibre est biodégradable. De plus, le coton a un avantage considérable puisqu'en fin de vie d'un vêtement, il peut être déchiqueté et ensuite refilé pour en faire une nouvelle matière.

Une des particularité du coton est qu'il est souvent utilisé comme mélange avec d'autres textiles. C'est un tissu facile d'entretien et versatile.


Tencel (eucalyptus)
L'eucalyptus pousse sur des terres arides où il est presque impossible de cultiver autre chose. C'est donc une plante qui ne nécessite que très peu d'eau. De plus, grâce à sa nature résistante, elle n'a pas besoin de pesticide. Cette plante n'a toutefois pas la capacité de croître sous nos climats. Elle est importée du sud de l'Europe ou de l'Afrique du Sud. De par sa nature végétale, sa fibre est biodégradable.

Le tissu provenant de la transformation de l'eucalyptus absorbe bien l'humidité, prévient la formation de bactéries, est extrêmement doux, infroissable et facile d'entretien. Il joue également un rôle isotherme en contrôlant la température du tissu sur la peau. Il est donc chaud l'hiver et frais l'été.

Chanvre
Le chanvre est un végétal à croissance rapide (11 semaines) qui nécessite peu d'eau et qui n'a besoin d'aucun pesticide pour avoir une belle croissance. Ici, au Canada, il pousse comme de la mauvaise herbe dans plusieurs régions. Toutefois, la législation canadienne est contraignante et le producteur à besoin d'un permis pour le cultiver ou le transformer. Grâce à sa provenance végétale, sa fibre est biodégradable.

Le textile produit par le chanvre et très résistant, hypoallergénique et non-irritant pour la peau. Il a aussi la propriété de devenir de plus en plus doux et souple au fil de son utilisation.


Bambou

Le bambou est la plante qui possède la croissance la plus rapide. Il ne nécessite aucun pesticide et 4 fois moins d'eau que le coton. Les forêts de bambou absorbent jusqu'à 35% plus de CO2 que les autres types de forêt. Son rendement par hectare est parmi les plus élevé bien qu'il prenne de 3 à 5 ans pour atteindre sa maturité. Grâce à sa provenance végétale, sa fibre est biodégradable. Cette plante n'a toutefois pas la capacité de croître sous nos climats et provient de la Chine.

Il existe deux façons de transformer le bambou en tissu : Un procédé mécanique et un procédé chimique qui produit une rayonne à base de pâte de bambou. Cette deuxième technique est de loin la plus populaire et nécéssite tout de même un traiement chimique à base de hydroxyde de Sodium, un solvant classé comme corrosif. Il n’existerait d’ailleurs aujourd’hui aucun article textile de consommation fabriqué à partir de fibres naturelles de bambou sur le marché canadien.

Le bambou c'est la douceur au rendez-vous et en plus, le tissus est hautement absorbant.

Laine de mérinos

La laine des moutons provient de leur toison qui est tondue une fois par année. Un seul mouton mérinos peut produire 8000 km de fil de laine par année. La laine présente des impacts écologiques restreints qui résident principalement dans le traitement de la fibre dans le traitement antiparasitaire des animaux.

La laine est dotée de caractéristiques exceptionnelles qui la font s’adapter à une grande variété de conditions météorologiques. Elle a la capacité d'emprisonner dans ses fibres l’air réchauffé par le corps, ce qui en fait une fibre de choix par temps humide ou pluvieux. Les tissus de laine de mérinos ne retiennent pas les odeurs et sont beaucoup plus doux au toucher que les autres laines. Ils exigent aussi moins d’entretien que les fibres synthétiques et le coton permettant une économie d’énergie et d’eau. Pour un regard critique sur la laine: Cliquez ici

 

 

 

Lin

Le lin est probablement la fibre végétale la plus ancienne utilisée pour la confection de textile. Son utilisation a diminué avec l'arrivée du coton. Il ne nécessite pas de traitement chimique et sa transformation mécanique en fait un textile à faible empreinte sur l'environnement. Pour le moment,bien que le potentiel existe, il n'y a pas de culture de lin dédiée au textile au Canada. Le principal producteur de lin est la France. De par sa nature végétale, le lin est biodégradable.


C'est un textile apprécié pour sa souplesse et sa légèreté. Dû à la propriété isolante de sa fibre, le tissu nous garde au frais l'été et au chaud l'hiver. De plus, sa propriété très résistante en fait un textile de qualité et durable qui ne peluche pas et ne se déforme pas. Bien que froissable, le lin s'adoucit de plus en plus avec les lavages.

Polyester recyclé

C’est une technique de plus en plus utilisée dans l’industrie textile. Contrairement au polyester traditionnel fait à base de pétrole, elle permet une méthode de production plus respectueuse de l’environnement et va aider à réduire le volume de déchets de plastique. Les bouteilles ou les déchets de plastique sont broyés, ensuite le tout est mélangé et transformé en une masse liquide et enfin tissé en fil. Le fil est alors transformé en matière qui servira à la production de textile. Par exemple, une robe pourrait être faite à partir d’environ 80 bouteilles en plastique provenant de déchets marins ou du recyclage.

Bien que cela soit une belle avenue de réutilisation des matières recyclables, nous vous invitons à avoir une regard plus éclairé en jetant un œil à : Regard critique: textile de plastique recyclé.

Bio polyester

Cette dernière est issu de matières organiques et proposent une alternative aux polyesters synthétiques dérivés du pétrole tout en étant biodégradable.

Traditionnellement le polyester est produit par une réaction d’un acide et d’un agent actif à base de pétrole. C’est ce dernier dans le cas du bio polyester qui est remplacé par un procédé de fermentation de sucre de mais. Ce textile contient 37 % en poids de ressources végétales annuellement renouvelables

Le bio-polyester, si on le compare avec les polyester traditionnel, a comme avantage de consommer 40% moins d’énergie d’origine pétrochimique et de réduire les gaz à effet de sert. Son origine végétale en fait aussi un textile conçu de matière renouvelable.

Les qualités principales des vêtements qui sont conçus avec cette matière sont une bonne élasticité (les vêtements ne se déforment pas), une grande douceur, une résistance au chlore et aux taches, sèche rapidement et facile d’entretien.

Comme ce textile est conçu à base de mais, il est non seulement biodégradable mais il pourrait aussi être fabriqué localement.

Ecopolyester

Il s'agit d'un textile fait à partir de polyester recyclé ou non.  Cette fibre est considérée comme une fibre écologique, parce que sa fabrication nécessite beaucoup moins d’énergie et d’eau.  C'est un processus de production qui utilise un tiers d’énergie et d’eau en moins que les processus classiques de production de polyester. En moyenne, 1 mètre de polyester classique nécessite 13 litres d'eau et 29000 kilojoules d'énergie. Quant à lui, l'écopolyester nécessite 3.9 litres d'eau et 8700 Kilojoules. 

L'écopolyester est extensible, infroissable, indéformable et facile d'entretien.  Il se prête bien à une coloration sans solvant et à base d'eau. 

Réutilisation

Certains éco-designers mettent leur créativité en pratique à partir de textiles récupérés et produisent ainsi des vêtements uniques dans le respect de l’environnement. Ils se procurent donc des vêtements usagés en bon état, coupent les morceaux de tissus en parfaite condition et les assemblent pour en faire des vêtements uniques.

 

 


Fait au Canada

Les raisons de cibler des confections canadiennes sont multiples. Il y a bien sur les aspects de l'économie locale mais aussi d'autres raisons d'autant plus importantes.

Les conditions de travail : Nous connaissons tous à peu près des conditions de travail déplorables dans certains pays. Au Canada, les travailleurs sont régis par des conditions de travail leur garantissant un environnement sain et un salaire plus adéquat.

La réglementation en santé : Non seulement il existe des lois canadiennes en matière de protection de la santé mais beaucoup de designers canadiens qui choisissent de travailler avec des matières écologiques choisissent aussi des teintures qui ne contiennent pas de métaux lourds ou de produits toxiques en préférant des teintures à base d'eau qui sont aussi durables.