Textiles marginaux: résidus de bananes, d'oranges, de soya et de lait!

Parce que nous n'avons toujours pas trouvé de formule ''parfaite'' en matière de textiles à faible impact écologique, plusieurs initiatives ont vu le jour au fil du temps et plusieurs recherches sont faites à ce sujet.

Pour le moment, la plupart des textiles naturels que nous utilisons proviennent directement de cultures (ex: bambou, coton, lin...) ou de pulpe végétale qui peut avoir un impact négatif important sur les forêts.

Des vêtements de bananiers!

La banane (sucrée ou sous forme de plantain) fait partie des aliments de base de plusieurs cultures. Elle est une des fibres naturelles importantes qu’on retrouve abondamment en Inde, au Sri Lanka, dans quelques pays africains et en Amérique latine. C’est l’une des plus vieilles plantes cultivées au monde. K. Murugan un ingénieur mécanique indien observait qu'une fois le fruit récolté, les bananiers étaient coupés pour ensuite être laissés à l'abandon et pourrir sur place. Pour lui, ce n'était pas la meilleure façon de les traiter et il voyait les plantes comme une ressource naturelle à exploiter. Il a donc innové en fabriquant une machine permettant de transformer la matière première du bananier en soie. 

En plus d'être écoresponsable, la soie de bananier présente de nombreuses qualités. Elle est légère, biodégradable, le tissu qui en résulte est soyeux, flexible et évacue l’humidité. Le textile soyeux qui en ressort équivaut à celui de la soie de vers par son lustre et sa résistance. 

Le point sensible de la soie de bananiers ne réside pas uniquement dans le degré de difficulté plus élevée de l’extraction des fibres par rapport aux autres fibres naturelles. Le bananier est un plante qui est mise à risque par plusieurs maladies.  On a même pu lire que l'espèce de banane la plus consommée pourrait tendre à disparaître car elle est soumise à une maladie provoquée par un champignon (maladie de Panama ou fusariose). 

Textiles de résidus d'agrumes

Voilà une idée bien originale qui nous plait par son caractère écoresponsable et globale.  Faire du fil et du textile à partir de l'écorce des agrumes!
Imaginez la quantité mondiale de déchets engendrée par la consommation de jus d'agrumes! Juste en Italie, il est estimé que les rejets de cette industrie agro-alimentaire s’élève à 700 000 tonnes par an. L'équivalent de 3 500 000 oranges entières! L'équivalent de 140 000 éléphants!

La recherche de la valorisation des déchets dans ce secteur est donc primordiale et géniale! C’est la raison d’être du projet italien Orange Fiber.  Pas surprenant que cela émerge de ce pays.  C'est une belle jonction entre deux de leurs piliers culturels et économiques: la nourriture et la mode!

Les tissus fabriqués avec de l'écorce d'oranges sont formés à partir d'un fil soyeux qui peut être mélangé avec d'autres matériaux. Lorsqu'il est utilisé dans sa forme la plus pure, le textile 100% citrique présente une sensation soyeuse et légère. Le tissu peut être opaque ou brillant en fonction des désirs et besoins.



Textiles de soya

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soya est aussi considéré comme un aliment de base et ce, particulièrement dans les pays asiatiques.Le textile à base de soya est souvent appelé cashmere végétale.  Contrairement aux textiles de bananiers et d'écorces d'oranges, le tissu de soya provient du haricot de soya, lui-même comestible. Le haricot de soya contient des fibres naturelles au sein de chaque haricot. Lorsque ces fibres sont retirées du haricot, elles sont trop grossières pour être filées et doivent donc être traitées.

Bien que les textiles proviennent du haricot de soya, la plupart d'entre eux proviendrait des résidus de la transformation alimentaire, soit de l'extraction de son huile ou de la fabrication de tofu. De plus, toutes les fibres qui ne sont pas d'une qualité suffisante pour être utilisées dans le tissu peuvent servir d'alimentation au bétail. Finalement, c'est aussi une ressource renouvelable et biodégradable (tellement qu'on pourrait mettre les vêtements conçus avec des textiles de soya au composte!). 

Les textiles de soya sont doux, faciles d'entretien et absorbent les teintures rapidement, donc en nécessitent une moins grande quantité. 

Textiles de lait de vache

Oui, il existe un textile fait à partir de lait de vache! L'entreprise allemande QMilk a mis au point un technique en prenant du lait fermenté, le faisant séchez-le pour obtenir une poudre de protéine, le mélangeant à de l'eau et à d'autres ingrédients naturels, en extrudant le tout pour dégager une substance duveteuse et finalement en la filant. La compagnie n'utiliserait que du lait périmé et n'utiliserait que 2 litres d'eau pour créer un kilo de tissu.

Le doux tissu qui en ressort absorbe l'humidité et est aussi régulateur de température. Il est aussi antibactérien et les tests dermatologiques démontrent qu'il est excellent pour la peau.

Plusieurs questions peuvent être posées à ce sujet.  L'impact des pâturages bovins à largement été démontré sur l'environnement. Ne devrions-nous pas plutôt aborder la question des pertes de lait? En diminuant les quantités produites et en limitant les pertes, il nous semble que cela serait beaucoup plus écologique!

Textiles de conception artisanale

Il existe aussi une multitude d'autres textiles plutôt originaux et encore de conception artisanale.  On parle ici de textiles faits de café, de crustacés, d'écailles de poissons, de dépôts de vin rouge, de fermentation de vin rouge, de maïs...La plupart de ces techniques sont encore à développer et certaines sont à questionner.  Voulons-nous développer des nouvelles techniques qui monopoliseront davantage nos terres agricoles? Toutefois, toutes celles permettant de valoriser des résidus nous donne espoir!

Nous accueillons avec enthousiasme toutes nouvelles idées permettant d'amoindrir l'impact environnemental vestimentaire et suivront avec optimisme et curiosité les innovations dans le domaine! 

Écologiquement vôtre, 

www.eco-loco.ca  

 

Photos:  Gemma EvansScott WebbJosua De  et  deco.fr

Pour des lectures complémentaires: 

Series on Unusual Fibres: Soy Fabric

Soy- good for you inside and out! 

Des textiles par ordinaires

Une start-up transforme le lait périmé en textile

 


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés