Les fondations de Eco Loco: Geneviève St-Amour

J'ai été habituée à travailler de l'avant et à contre courant.  Tout mon parcours personnel et professionnel le démontre et explique pourquoi j'ai décidé de mettre de l'avant les vêtements écologiques et les accessoires durables. C'est un sacré défi de vous expliquer pourquoi, le chemin est loin d'être linéaire. Alors j'ai envie de me mettre de l'avant, cela explique mes intentions et aussi l'importance de le faire.  En toute humilité et simplicité, moi voici, moi, la fondatrice de Eco Loco.

Une jeunesse teintée de vert

Vous savez les familles considérées comme granos?  Et bien j'en faisais partie!  Pourtant, il y a quelques décennies, grano signifiait presque simplement manger plein de légumes, composter et se déplacer dans les grosses bulles de recyclage déposées à quelques endroits précis dans la ville ou j'habitais (dire que tout ça n'est pas encore acquis, mais bon...). Nous avions un potager et jamais au grand jamais nous ne gaspillions de nourriture. 

Mon adolescence, je l'ai passé dans le Parc provincial du Mont Saint-Bruno à sillonner les sentiers, faire du hors piste  et ''chiler'' sur les bords de lac.  Jour et nuit! Un belle place pour prendre l'air pur et l'air éloigné des parents! Mes parents que j'aime mais l'adolescence étant ce qu'elle est, j'y construisais mon identité propre. On m'y a même offert des postes de travail étudiant.  J'y ai travaillé deux étés sur des programmes de régénération des berges.  L'emploi parfait pour moi à cette époque: physique, dehors, utile et écologique. 

Portée par la passion

Le début de l'âge adulte a été porté littéralement au gré du vent et par la passion. Mes deux passions: voyager et être dehors.  La découverte tant de l'humain que de la planète m'attirait au plus haut point.  Du Cegep marqué par des stages à l'international au baccalauréat en géographie, les passions se ralliaient amplement.  Sans me poser aucune mais aucune question, je me suis dirigée à la maîtrise puis au doctorat en environnement pour atterrir comme professionnelle de recherche à l'Université du Québec à Montréal

Me sentant éloignée du terrain et des gens, j'ai laissé tombé ce travail me dirigeant vers des organismes à but non lucratifs du tous genres.  Ce n'était certainement pas le chemin le plus facile et le plus lucratif!  Mais c'était ma place, une place de choix en lien direct avec des projets concrets et les gens. Ainsi, j'ai travaillé tant localement qu'au niveau international, particulièrement dans des pays en voie de développement.  

Et entre temps: la famille

À travers tout ça, j'ai eu deux magnifiques garçons.  Comme toute femme enceinte, on espère avoir de beaux bébés en santé.  Même si certaines idées angoissantes nous traversent l'esprit, on idéalise la maternité.  Des bébés en santé, je les ai eu.  Mais bon... même si je les qualifie en santé, ils ont quand même à deux une quinzaine de diagnostics divers touchant l'alimentation, la qualité des dents, les troubles d'apprentissage, un syndrome de la Tourette, ... Certainement rien de grave au bout du compte mais assez pour qu'il soit  difficile de maintenir un emploi extérieur à temps plein.  Alors, mon conjoint et moi avons pris la décision que je resterais à la maison.  Vous me voyez venir?

Une femme à la maison?

Ouf! Non!  Il me manque beaucoup de choses pour y être heureuse et épanouie.  Alors je me suis mise à faire du bénévolat à gauche et à droite pour des organisations sociales, environnementales et sportives.  C'était bon socialement et pour que je puisse mettre à contribution mes connaissances et aptitudes. Il me manquait toutefois un fil conducteur. Un élément liant me permettant d'avoir un projet.  C'est ainsi qu'a émergé l'idée d'être en affaires et de m'ancrer solidement les deux pieds dans mon dada, la protection de l'environnement. Cette chose si essentielle à la vie.  Cette seule et unique planète sur laquelle la vie de l'espèce humaine est possible. 

Une missions simple?

De fil en aiguille et constatant la grossièreté écologique de l'impact de l'industrie du vêtement et de plusieurs habitudes de vie sur l'environnement, Eco Loco est né.  Une goûte dans l'océan vous vous dites et vous avez tout à fait raison:  vous n'avez qu'à mettre le né 5 secondes dans un centre d'achat pour le constater!  La mise de l'avant et le rassemblement de différents vêtements écologiques sont devenus essentiels.  La Terre est de plus en plus envahie de déchets et cette industrie y est pour beaucoup. Pourtant, nous n'avons qu'une seule et unique planète pour subvenir à nos besoins et pour y vivre!  

Le défi est de taille à plusieurs égards! N'importe quel designer écologique vous le dirait.  Tant au niveau de l'approvisionnement que de la rentabilité.  La seule façon d'assurer la pérennité est certainement de sensibiliser et de les faire connaitre.  C'est ce que je fais! Et je le fais avec passion et conviction.  Je le fais dans le but aussi que chacun trouve des vêtements écologiques qui lui conviennent parfaitement.  Après cela, il reste au consommateur d'utiliser son pouvoir grandiloquent d'achat...

Écologiquement vôtre

www.eco-loco.ca  

 

Photo:  Parc provincial du Mont Saint-Bruno

Couverture:  Karine Grégoire

 


Article précédent Article suivant


  • Eco Loco le

    Bonjour Daniela,
    merci beaucoup pour votre message. C’est effectivement un mouvement. C’est si bien dit et il doit prendre de plus en plus d’ampleur. Vous pouvez nous contacter directement à info@eco-loco.ca et ainsi nous pourrons discuter largement. Bonne journée

  • Daniela Dragos le

    Bonjour,
    J’apprécie ce que vous faite, je viens de découvrir votre activité, je suis naturopathe-thérapeute et dans la vente au détail dans le bio depuis 20 ans.
    J’aimerais savoir si il y a une possibilité de travailler et gagner sa vie avec cette activité.
    Je suis dans la ville de Québec et je ne pense pas que nous ayons ici vos produits… enfin, j’aimerais avoir plus de renseignements sur le sujet, car désireuse de faire partie de ce mouvement.
    Merci d’avance pour votre réponse,
    Excellente journée,
    Daniela


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés